Je vous remercie 2

Publié le par MarcTrocmé

troublant très troublant de penser que nous avons été au marché sans doute au même moment nous sommes nous croisés sans nous voir m'avez vous vue et n'avez vous pas voulu m'avez vous vue sur le podium parlant des droits d'auteur vers 15h30

que de choses tous ces jours à vous faire partager conseils à demander aussi conseils non peut-être n'est-ce pas le mot juste avis suggestions intuitions plutôt car le succès enfle et je ne voudrais pas qu'il enfle mon cœur et ma tête surtout l'afflux de livres de demandes de contacts est constant et je nage surnage partagée entre bonheur intense et effroi au milieu de tout cela et je pense à vous à votre réclusion volontaire à votre ex clusion volontaire votre ex filtration du système je pense à quignard même si je pressens que vous ne goûterez pas la comparaison mettant fin à tous ses mandats toutes ses obligations et disant ciao aux honneurs à ce qui flatte l'échine mais dessèche l'âme et pis encore tarit la plume moi ma plume n'a pas à être tarie mais elle risque d'avoir encore plus de mal à s'amorcer la pompe de ma plume si trop d'herbe vient recouvrir la petite émergence de la source alors c'est difficile car aussi grand bonheur à être là chez moi appartenant enfin reconnue enfin choyée un peu même si je sais que ce ne serait pas alors pour moi mais parce que je peux être utilisée pour oui difficile de faire la part le départ des choses car pas question pour aujourd'hui de l'ascèse totale qui est la vôtre non une plus juste mesure pour aujourd'hui des rôles des places savoir construire quelques petites digues pour garder derrière la butée de terre des champs à soi des bosquets où se retirer pour mâchouiller l'herbe gratouiller la terre et faire fructifier quelques mauvaises herbes oui question de trouver des places des lieux de créer des territoires de savoir parfois les délimiter dire maintenant j'arrête stop fin de partie ici pour le moment je pars je vais ailleurs je me retire

réflexions aussi multiples sur la lecture de la poésie le véhicule de la poésie ce n'est pas la poésie publique je sais mais un aspect de la poésie publique la poésie non publique mais dite en public la question des lectures que nous avons abordée déjà cette expérience une fois encore très dure échec patent et camouflet pour moi une fête remue.net toutes les apparences du sérieux on se drape un peu dans la posture morale chez remue mais les auteurs eux sont comme les autres six minutes deviennent pour tous dix voir quinze minutes et moi qu'on a collée tiens tiens en avant dernière position vers dix heures et qui souffre trois heures durant dans une étuve juste pour dire le texte de mon amie bien aimée moi qui ai choisi d'être là alors que rapports toujours difficiles avec remue je vous raconterai un jour peut-être pour lire mon amie parce que je crois à son œuvre parce que je sais que son œuvre engagée profonde peut toucher les gens de remue moi qu'on vient voir la bouche enfarinée pour me demander si mon texte est long moi qui réponds non six minutes chronométrées qu'on revient voir un peu plus pas un texte plus court moi qui ai prévu le coup si j'ai un autre livre trois minutes et qu'on revient voir vraiment trois minutes et moi vous voulez que je renonce n'est ce pas et l'air embarrassé d'un plutôt sympathique et très mal à l'aise et moi qui remballe mes affaires et fiche le camp très très contrariée et qui jure comme un charretier dans l'impasse Véron… et ces autres qui se sont étalés au risque de l'ennui qui nous ont bassinés les oreilles trois heures d'étuve durant avec leur production sans souci de savoir comment où les recevait ce qu'on attendait pourquoi on était là…l'ennui Alain, l'ennui total pour quatre vingt pour cent des prestations mal dites mal lues mal mises en corps une expérience pénible irritante et qui repose une fois encore la question comment dire la poésie

alors ce soir oui encore une expérience parce que ce sont des femmes que des femmes pittolo rouzeau loizeau et des finlandaises je vais voir si c'est mieux je veux faire le tour des expériences parlé aussi avec delouze qui a résolu en partie la question qui impose le tempo à ses auteurs et pas question de déroger à la règle il leur coupe le sifflet et il a raison ou alors il ne faut plus organiser de marathons

en reparler de tout cela et de votre essai que je n'ai pas fini mais qui est là dans ma tête au fond pardon pour la comparaison mais je sais qu'elle vous conviendra je vous rumine ça remonte ou ça descend je ne sais je pense repense et renfouis et ressors et ça revient et repart et ça avance….

je vous embrasse Alain et j'ai très envie de vous voir je ne sais pas s'il faut nous donner un thème plutôt nous faire confiance l'un à l'autre je crois parler librement je crois que nous en sommes capables mais si vous pensez que peut-être pas alors oui nous chercherons un thème un point de départ et ce sera juillet sans doute si ça vous va je serai plus libre les poètes seront envolés…

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article