Je viens de finir de revoir aujourd'hui même

Publié le par Alain Marc

Je suis très heureux Florence, je viens de finir de revoir aujourd’hui même le premier tome de mon journal. Du coup me voilà directement replongé au beau milieu de l'année 1999 ce qui est déjà bien mieux ! Le travail fut long, et fastidieux — plusieurs mois de labeur, à ne faire que cela, jour, après jour ! — avec un tas de notes à rediriger vers d'autres carnets, qui du coup se trouvent encore plus aboutis, avec leurs parties réceptrices à parfois totalement ré harmoniser. 1999, c'était l'année où je ne savais encore absolument pas qui allait publier Écrire le cri, et si même il le serait un jour. Joie de retrouver d'intenses contacts d'alors, ce qui rompt avec mon isolement volontaire d'aujourd'hui, et les contacts qui m'arrivent encore et que je laisse traîner sur la table de mon bureau, dans la pile de fourbis depuis plusieurs années maintenant. Que ce soit Pierre Garnier, que ce soit, qui vient pourtant de m'adresser un poème dédicacé que je soupçonne avoir été écrit à ma seule intention, en message personnel de demande amicale d'explication... Ou que ce soit encore, auquel je n'ai plus donné aucune nouvelle depuis la publication des Regards hallucinés.

Pourquoi me diras-tu te dis-je tout cela ? Par égocentrisme ? Par égo -ïsme et ego surdéveloppé ? Par prétention ? Non, rien, de tout cela loin de moi. Seulement, pour laisser une Trace, ne serait-ce, qu'à une seule personne ne serait-ce qu'en unique, écho. Afin que tout cela ne se perde pas afin de lancer laisser, un fil, ou un caillou, sur la route (tu sais à quel point je ne suis pas sûr que mes écrits — j'en comptais plus d'une trentaine hier —, soient vraiment publiés un jour).

  

alain

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article