Mêmes techniques

Publié le par Alain Marc

Voilà Florence,  

 

En fin de compte je m'aperçois que sur tout ce travail j'ai utilisé les mêmes techniques d'écriture qui sont les miennes depuis quelques temps. Je retrouve le même décalage, le même jeu de ti- raillement, tendu et dé, tendu, d'une "note", à l'autre, d'un discours, au suivant. Parfois aussi le détournement *. Je retrouve le même jeu de la continuité et de la dis- continuité, de garder le fil tendu des spec- tateurs, et du, lecteur, qui n'est bien souvent (et en premier), que moi-même. Cela est à l'oeuvre, se retrouve, dans mes carnets, mais aussi dans ce que j'ai nommé mes "récits-par-fragments", où le récit avance de fragment, de pensé, en fragment, au fragment par, le les, fragments chronologiquement suivant (tu connais aussi mon respect maladif, de la chronologie, et du temps, travail sur, à partir, de la mémoire — détournée...). Aussi les mêmes techniques de la coupe, de ses outils, et de ses avatars.  

 

Je t'ai déjà parlé aussi de cela, je crois Florence, de mon côté sacralisation du texte premier, du premier, jet, à le préserver au maximum : là encore, que de parallèles ! En trichant parfois un peu, mais toujours le moins possible, comme une exception.  

 

Voilà vite pensé vite dit, ce qui me vient aujourd'hui après la clôture de cette première phase, qui me voit des plus heureux : je ne pouvais, passer dessus  

 

Alain  

 

* (à propos de ce mot, sais-tu que le situationnisme, par son plus grand représentant qu'est Guy Debord qui se faisait appelé sur le début Guy-Ernest Debord, a théorisé les deux principales techniques qu'il a utilisées et mises au point à savoir le détournement et ce qu'il nomme la "dérive" — joli mot non ?)  

 

Oui, peut-être suis-je plus habitué que toi à me dévoiler, à aller loin dans le dé- voilement

 

 

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article

Marie Gabrielle 15/12/2006 04:31

Bonjour... et que de mots, de thèmes auxquels je suis (j'ai été et me rappelle !) sensible.

J'ai l'impression d'objets aimés (animés ?), que vous avez disposés pour nous sur une table en bois doux à caresser au passage, et longue.

Fragmenté... mon mot d'anglais préféré : scattered. Je le lisais (imaginais) ici fragmenté : justement, et comme débranché (ouvert ?) ? scat-tered.
Cela change beaucoup de choses, d'avoir pris le temps de l'observer, de s'observer... soi-réchauffé (il ne s'agissait pas d'un plat).

Merci pour ce blog, que je pars (enfin) explorer !

Varna 29/11/2006 08:39

Bonjour Alain (je peux ?) - J'ai bien reçu votre petit mot. Est-il permis de s'immiscer dans cet échange épistolaire, juste pour dire son plaisir à découvrir ce blog ? Cela fait deux permissions à quérir ;-) Acquises ? Alors trois fois merci !