J'étais petit enfant

Publié le par Alain Marc

Vous ne le savez pas encore, Florence, mais votre erreur de frappe (d'ailleurs, en était-ce vraiment une ?), entre peurs et pleurs, cette homophonie aux relents si romantiques !, et amateur..., m'a littéralement transporté. J'ai en effet pris cette répétition, du fait, même si je vous ai demandé de rétablir, comme une ILLUMINATION ! J'ai vraiment AIMÉ, Florence, cette répétition. J'ai alors longuement réfléchis. Ou plutôt : mis de côté. Et, comme je le fais souvent, attendu que le moment soit propice. Je me suis dit que cette répétition était vraiment la clef, de cette poésie. Je me suis dit que cela amenait vraiment UNE MODERNITÉ, que je ne soupçonnais vraiment pas.

Alors j'ai modifié, et rétabli en fait un peu les deux. C'est en cela, que je compare, avec le peu de paroles que je détiens pour le moment de lui, ce travail des poésies non hallucinées, au travail et paroles de Buraglio : reprendre, créer du neuf, du vraiment haut niveau, avec du rebus, du vieux, du qu'a vraiment failli partir à la poubelle... Par manque de maturité, et de Vision. De l'art, de la création et de l'écriture. Alors je trouve cette poésie aujourd'hui vraiment superbe !, et ce, Grâce à VOUS ! Ou à votre erreur (comme les bêtises de Cambrai, qui, de bêtise, sont devenues ce que l'on sait... - si on aime !). C'est cela, que j'avais vraiment en tête, sur ce travail des poésies non hallucinées et quand je vous disais que je sentais, qu'il n'était pas encore totalement abouti, terminé, et qu'il me faudrait peut-être encore, des années. CAR IL Y FAUT UN SACRÉ RECUL !

Voilà. Je tenais vraiment à vous partager ce moment de création, de réécriture, et de bonheur. Je vous joins donc la dernière version - et définitive, de la poésie. Qu'en pensez-vous ? Que pensez-vous de tout cela Florence ?

à bientôt

Alain

ps_ la répétition : là est la clef. Pour cette poésie-ci, tout du moins. Et peut-être quelques autres…

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article