Hier et cri

Publié le par Alain Marc

Oui [le « Poème à crier et à danser » de Pierre-Albert Birot], mais ne m'y suis pas attardé, mais tout est toujours réévaluable, et je peux passer à côté de quelque chose, et je n'ai surtout pas la prétention de tout connaître...

 

Je crois me souvenir en particulier avoir vu cela (le « Poème à crier et à danser », vaguement, alors que je commençais sérieusement à fatiguer vers la fin de l'exposition) Réaction : il ne faut pas s'arrêter au mot de "cri", le prendre si je puis dire au "pied de la lettre". Et connaissez-vous le « Poème à crier dans les ruines » d'Aragon ? Là oui, réel poème du cri. Je suis heureux de ne pas avoir raté ma lecture d'hier soir. Bonne préparation d'une heure avant où je lisais en fin tout seul à merveille. Première moitié de ma lecture trop statique aussi bien dans mon corps que ma voix à mon goût. Deuxième moitié totalement réussie (toujours à mon goût...), où j'ai fini et là ce fut une trouvaille, au sol, totalement allongé, dessus dessous, continuant à lire avec l'écho du plancher. Content de l'avoir fait, alors que l'idée m'en vint au court de ma lecture, soudain, et donc, d'avoir réalisé l'image qui est soudain venue en moi. Beau ! Répétition avec les pianos tout à l'heure. Cela sera bien différent d'hier puisque ce ne sera pas là un "one man show".

 

À bientôt Florence

 

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article