Je vous 3

Publié le par Alain Marc

 

Je suis heureux que vous ayez bien pris ce message. Je ne peux vous cacher que j'avais une réelle appréhension (qui m'a fait préférer ouvrir le deuxième message de ce matin, avant votre réponse...). J'avais écrit ces mots il y a plusieurs semaines et me suis décidé, hier, à vous les envoyer. J'ai juste rajouter cette pensée à propos des regards. Oui le cri est là pour libérer, pour lever l'autocensure, la censure que l'on s'inflige à soi-même et qui nous em

 

prisonne

 

(c'est étonnant tout de même à quel point le fait de couper un mot, en fait ressortir encore plus la force qui le sous-tend). Et puis il libère aussi l'humour, dit des choses très fortes, laisse aller l'inconscient, et nous met en connexion directe entre nous, entre deux êtres.

 

— il y a beaucoup d'histoire de ce genre dans la littérature... de coucheries qui perturbent influent, l'histoire littéraire... —,

 

à bientôt et bon week-end.

 

Alain

 

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article