Recentrer, travail en cours

Publié le par Florence Trocmé

Je meure d'envie de vous écrire, tranquillement, de reprendre ce fil si important, c'est vrai qu'il courre même lorsque nous ne nous écrivons pas, mais tout de même.  

 

J'ai bien sûr comme toujours lu et relu votre lettre. Dès qu'une arrive, je l'imprime ce qui me permet de la lire sans la contrainte de l'ordinateur allumé, perdue au milieu du reste de la correspondance. Je lui donne ainsi un statut particulier, celui au fond d'une lettre à l'ancienne manière, d'une lettre postale en quelque sorte. Que l'on garde avec soi, que l'on peut reprendre, où l'on peut vérifier quelque chose.  

 

Florence

 

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article