Deux remarques en marge

Publié le par Alain Marc

Florence, deux remarques, encore, que j'avais notées en marge depuis quelques temps (donc, sur deux petits bouts de feuilles...) et qui me sont revenues en tête hier soir (sans toutefois que je retombe sur ces petits bouts de, ce qui m'en prouve le caractère qui en paraît important, de par leur persistance à revenir ainsi dans la mémoire sans qu'aucun fait matériel, réel, ne les provoque) :

 

 

— le cri dans le littéraire : apporter du vivant dans la création, dans l'écriture et dans la lecture, dans la lecture comme dans la critique.

 

 

— je sépare en effet dans ma démarche la voie des poèmes à dire et à de celle des regards hallucinés, poésies non hallucinées, ou encore des évidences, séparation nette et franche que j'ai décidé de marquer par ce choix de la nomination de la poésie et du poème. Les deuxièmes sont une avancée, et une recherche différente à chaque fois, de la forme, je serais presque tenté de dire par la forme, une voie qui aborde les choses donc de l'extérieur alors que les poèmes à dire et à sont une exploration profonde, qui emprunte le chemin de l'aventure, de l'intérieur, donc du et par le sens, de la vie, nos vies. Cette séparation peut être également visionnée sous l'angle des us et en place dans le milieu poétique à savoir que mes poésies semblent bien plus correspondre à ce attend (car malheureusement je sens qu'il y a bien une "attente" de la part de tous les intervenants habituels de la poésie, éditeurs, revuistes et critiques), que mes poèmes, où le "narratif" semble bien plus et bien moins "passer" (ainsi d'ailleurs que le peu d'éditeurs qui en publie...), que la poésie classique, sur une page, avec son travail concomitant sur la forme et j'aborde là un sujet que je n'ai pas encore parlé avec vous, une autre base de ma réflexion que j'ai regroupée sous le terme de poésie publique.

 

 

avec la joie de poursuivre cette correspondance, que je trouve décidément de plus en plus intéressante

 

 

Alain

 

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article