Inducteurs

Publié le par Florence Trocmé

J'aime beaucoup ce texte sur votre "travail quotidien" que j'ai transplanté (il y a là aussi toute une notion que j'aime bien, comme si on bouturait, transplantait, acclimatait dans une sorte de potager, jardin, terrain vague, selon les jours) immédiatement, sous forme d'image, dans mon Flotoir, le vrai si j'ose dire, dont seuls des extraits paraissent sur le site qui porte le même nom.

Ma pratique est entièrement similaire à la vôtre et cela va jusqu'à avoir crayon et papier dans les toilettes ! Et un peu partout et surtout, toujours un carnet avec moi dans mon sac. Je note beaucoup en transhumance, en métro, parfois dans la rue.... souvent des choses brèves, des portraits, des idées fugitives et dont je sais que si on ne les note, jamais on ne les retrouve et puis en lisant, extraits d'articles, de livres, et aussi bribes de phrases entendues, petites notes de téléphone, morceaux de messages ou de lettres, tout ce qui provoque une étincelle petite ou beaucoup plus importante. J'ai aussi en souffrance (?) sur mon bureau des petits papiers volants, mais en revanche il y a une chose à laquelle je m'astreins toujours, c'est à donner la source de ma note le plus précisément possible. J'ai trop souvent par le passé recherché désespérément un texte pour voir son contexte, son entour, etc.

Le Flotoir est ainsi un immense radeau de fragments, parfois commentés, parfois bruts...

J'appelle très souvent ces fragments, ces vers, ces citations, ces bribes des "inducteurs".

Florence

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article