Les notes, les fiches, et les regards 2

Publié le par Alain Marc

Florence,

Je vous remercie beaucoup pour ces réflexions et annotations très pertinentes suite à notre conversation sur ma façon d’écrire.

Sur de « petits bouts de papier volant ». J’ai mis pour vous la première page de ce texte déjà ancien sur mon site

Le discontinu a ceci de particulier qu’il crée la surprise perpétuelle… (phrase venue ce matin) 

La plus grande partie de mes écrits, a été écrite de cette façon, aussi bien mes poésies, mes poèmes (j’effectue une différence entre les deux, la "poésie" étant courte et tenant souvent sur une seule page, le "poème" pouvant en contenir plus d’une centaine) que mes "essais". Écrire le cri, lui, a été vraiment "écrit" (au sens traditionnel où on l'entend généralement).

Alors le fragment comme "apocalypse", comme "césure" perpétuelle du réel et du discours continu, qui "capitalise" les sens : OUI. Le fragment est une des raisons de mon attachement à Barthes (il y en a d’autres).

 

Bien à vous

 

Alain

 

Publié dans correspondanSes

Commenter cet article